Bannière

Accueil /  Le Coin-Coin du Flip
Le canard du festival des jeux
Une Animatrice sur le FLIP, Emma B :
PDF Imprimer Envoyer

Emma, animatrice sur le Festival des Jeux de Parthenay en 2010Bonjour Emma, peux tu te présenter ?

Emma, animatrice ville, 19 ans, mini-pouce. J’ai fait beaucoup de sport (taekwondo, danse, capueira), de l’animation (BAFA) et du théâtre. J’ai également travaillé sur de nombreux festoch’s et j’aimerais, pourquoi pas, en organiser quand je serais grande !


Pourquoi fais tu le FLIP, quelles sont tes motivations personnelles ?

Le Flip ? Top fun méga cool . C’est dans ma ville, un job que j’aime et qui me permet de rencontrer plein de monde. Les horaires sont bien aménagés, carrément cool pour nous même, et en plus on a une super  ambiance… Ca devrait être comme ça tout le temps ! ;-)


Que préfères tu sur le Festival ?

J’avoue que j’ai pas eu trop le temps de me balader… Y’en a qui bossent, hé oui !


Quelles améliorations à apporter sur le FLIP ?

Il faudrait un masseur de pieds pour les animatrices le soir.


Que penses-tu de la disparition du Woopy ?*

Bouh ! Trop nul ! Dommage.


Etienne (Coin Coin n°4 2008)

(* Le wuppie n’a disparu qu’en 2008 grâce aux efforts continus de l’association Woopy On Off, qui réalise chaque année 4 soirées Off sur le FLIP en l'honneur du Woopy)

 
Interview croisée entre Thierry BLAIS (coordinateur du Festival et responsable du service Jeux/sports à la communauté de commune de Parthenay) et Dominik GUITTARD (gérant de Passion Jeux à Parthenay) :
PDF Imprimer Envoyer

Dominik , à combien de FLIP as-tu participé ? En tant que festivaliers et en tant qu’organisateur ?

Dominik : En tant que festivalier 1, le premier en 86, et depuis toujours dans l’organisation, euh et désolé mais une seule année en visiteur en 1995 je crois.

Et toi Thierry, je te retourne la question, combien de FLIP à ton actif ?

Thierry : Et bien, 21 et demi dirons-nous, car le premier en 1986, je l’ai raté pour cause de service militaire, et celui de 1994, même si j’ai travaillé à sa préparation avec l’association Ordalie et Parallèles Fédération, je n’ai pas pu y assister hélas (donc voici le « un demi- »).1987 et 1988, festivalier (c’était sympa de rencontrer à l’époque Darry Cowl, le magazine Dragon Radieux, les Semaines de l’hexagone…). 1989 et 1990, animateur sur la place du Drapeau sur le jeu d’Abalone pour les Editions Druon (j’avais croisé quelques mois plus tôt les créateurs du jeu d’Abalone et l’éditeur, du coup j’ai postulé pour bosser sur ce jeu pendant ces FLIP-là). Ce sont les années où j’ai fait la connaissance de Michel Deprade, ancien président de STRATEGOS, de Dominik, à l’époque employé à la Mairie dans l’équipe du FLIP, de Philippe Mouret et Marc Nunes d’Asmodée, de Valérie Lahanque de feu Jeux Descartes, et de nombreux autres.1991 j’étais festivalier. 1992, comme président d’Ordalie, première participation de l’association au FLIP sur les jeux de simulation (à l’époque au Palais des Congrès). C’est là que j’ai rencontré l’ancienne coordinatrice du FLIP, Chantal Guilloteau, et mon actuelle collègue, Cathy Clochard. Puis en 1993, nous avions fondé un groupement d’association (Parallèles Fédération), avec les clubs Ordalie de Poitiers, Dé Strié d’Orléans, Contrées Ludiques de Parthenay, Monk Insolite de Fontenay le Comte, Khéops de La Rochelle , Virtuel de Niort, et Sept Demi de Bordeaux. Nous sommes intervenus sur le FLIP pour les jeux de simulation, trois Grandeur Nature Médiévaux, un peu de Paint-Ball, un peu de jeux en réseau.1994 j’ai participé à la préparation comme je disais avec Parallèles mais je n’ai pas pu venir.1995 à 1999, Ordalie est venue seule, j’étais moitié touriste moitié animateur. Puis depuis 2000, je suis employé, d’abord par la Ville de Parthenay puis maintenant par la Communauté de Communes de Parthenay comme Coordinateur du FLIP, j’ai pris la succession de l’ancienne coordinatrice, Chantal Guilloteau (Chantal, si tu tombes sur ce numéro quand tu passeras à la fin de ce FLIP, toutes mes amitiés et respect pour ce que tu as fait pendant 8 ans !).


Thierry, comment définies-tu ton rôle sur le Festival ?

Thierry :
On commence à travailler sur le FLIP à partir de Septembre, et chaque mois qui passe augmente en densité de travail, jusqu’à mai et juin où c’est assez speed. Nous sommes une petite équipe (2 personnes), ma collègue Cathy Clochard s’occupe principalement de toute l’administration (conventions, facturations, accueil, etc.) et moi de la coordination en général, principalement la programmation, la logistique, la préparation du budget, le recrutement des animateurs. Aussi un peu la communication (contenu du programme, médias locaux, imprimeurs…). Une grosse partie de la communication et de la recherche de partenaires est délégué à un consultant (Looping Concept en 2008), pour pallier le manque d’effectif de l’équipe, depuis que nous sommes passés de cinq à deux personnes pour organiser le FLIP. Nous travaillons bien sûr avec la plupart des services de la Mairie et de la Communauté de Communes (principalement avec les services techniques pour l’installation des stands, les besoins électriques, etc.). Pour résumer je dirais que le noyau que constitue la petite équipe du FLIP à un rôle de fédérateur de compétences pour amener finalement environ 200 personnes ou entités (animateurs, services de la Mairie, associations, partenaires éditeurs, prestataires) à travailler sur le FLIP en amont ou pendant. Il y a donc beaucoup de relations avec les nombreux acteurs du FLIP. Il faut recenser les besoins de chacun, consulter les différents prestataires, passer des marchés…). Cela va de l’animateur au magasin pour l’achat des moquettes, en passant par les associations de jeux de simulation, la société de gardiennage, le service financier de la Mairie…


Dominik que penses-tu du retour du Coin-Coin ?

Dominik : Cela me plait énormément que ce journal existe car il permettra de faire un lien avec les festivaliers et de rebondir sur l’actualité du flip.

Et toi Thierry tu en penses quoi ?

Thierry : Je trouve que c’est une très bonne chose. Je me souviens du coin-coin de l’édition de 1993 (si certains en veulent des copies, j’ai tous les exemplaires !), cela amenait un plus au FLIP, un supplément d’âme, qu’il est important de retrouver, et je pense que ce coincoin nouveau peut y contribuer. J’attends en fait de ce journal qu’il donne des informations différentes, qu’on puisse découvrir d’autres facettes du FLIP, qu’il soit aussi drôle parfois, qu’on prenne plaisir à le lire, et qu’il allège le côté peut-être trop sérieux, trop carré qu’on peut éventuellement ressentir sur les FLIP actuels.


A quel type de jeu joues-tu Thierry ?

Thierry : En ce moment trop peu et seulement à MAGIC (un pauvre tournoi tous les deux mois et c’est tout !). Il fut un temps (là je parle des années 1986/1995), je jouais aux jeux de rôle, de plateau, aux wargames, aux figurines (MEGA, Warhammer, Pendragon, Runequest, MERP, Star Wars… en tout j’ai testé 25 jeux de rôle différents ; World in Flames, Warhammer Battle, Heroclix (celui-ci encore un peu il y a un an ou deux !), Diplomacy, Civilisation, Fief 2, Full Métal Planète, Footmania, etc.). En 1982 j’ai découvert la revue Jeux & Stratégie (paix à son âme !), qui m’a donné envie de faire du jeu de rôle, mais je n’ai pu commencer qu’en 1986 avec MEGA 2. Je n’ai jamais joué à MEGA 3, même si Didier Guiserix, suite à une rencontre à Limoges en 1991, avait intégré des suppléments de règles que je lui avais envoyées et que nous pratiquions à Poitiers sur MEGA 2, dans sa version de MEGA 3). Je n’ai donc pas commencé avec Dungeons & Dragons (et oui !). J’ai beaucoup joué entre 1987 et 1990, puis beaucoup moins après que j’ai fondé l’association Ordalie en 1989 avec quelques amis (on avait plus tendance à s’occuper du fonctionnement de l’association, de l’organisation du Trophée Diane de Poitiers que nous avons lancé en 1992 avec Nicolas Gourmaud, actuellement membre de REEL, et de Emmanuel Roucher, encore membre de l’ORDALIE), et bien sûr de notre participation annuelle au FLIP.

Depuis que je travaille à Parthenay à l’organisation du FLIP, je joue encore moins ! Et les FLIP, je ne les vois plus passer, à tourner à droite et à gauche pour gérer tous les détails et toutes les sollicitations quotidiennes pendant ces 12 jours ! Moralité, plus on travaille dans le jeu, moins on joue (en tout cas c’est vrai pour moi). Mes références les plus connues et récentes en matière de jeux datent des années 1995 !


Et toi Dominik, es-tu joueur ?

Dominik : Auparavant j’étais un grand joueur de jeux de simulation tel que Dune, Zargos, puis ensuite joueurs de cartes tels que Star Wars et Magic, mais en vieillissant je deviens plus jeux d’ambiances tels que Cranium ou bien jeux de réflexion tels que Blokus.


Merci à tous les deux pour votre collaboration et pour votre travail sur ce Festival

Yohann (COIN COIN n°3-4 2008)

 
Questions à Xavier ARGENTON (Maire de Parthenay et président de la Communauté de communes de Parthenay) :
PDF Imprimer Envoyer

Xavier Argenton, président de la Communauté de Communes de Parthenay, interviewé par le Coin-Coin du Festival Ludique International de Parthenay, le FLIPYohann : Comment voyez-vous l’avenir du FLIP ?

Xavier : Le FESTIVAL DES JEUX de PARTHENAY est un grand festival qui a une place incontournable dans le paysage de l’été en région Poitou-Charentes et même en France. La Communauté de Communes de Parthenay est une des rares collectivités françaises, sinon la seule de sa taille, à proposer, quasiment gratuitement, pour des dizaines de milliers de personnes, un tel festival. C’est un effort financier très important puisque nous dépassons les 300.000 euros chaque année. C’est un choix que nous avons fait de pérenniser et de développer ce festival qui rencontre l’adhésion d’un large public, de tous les âges, venant de la France entière et souvent de l’étranger, permettant aussi aux enfants de Gâtine qui ne partent pas en vacances de pouvoir se dépayser et de s’amuser près de chez eux. Chaque année, nous réfléchissons à des nouveautés, des développements… pour lui assurer toujours plus de succès et répondre aux nouvelles attentes du public. Avec l’arrivée de nouveaux élus communautaires lors des dernières élections municipales de nouvelles idées sont apportées. Nous avons amorcé une réflexion sur sa présentation, son organisation… dans un souci de le rendre encore plus dynamique et performant.


Y : que souhaitez vous dire aux nombreux bénévoles du festival ? et aux festivaliers ?

X : Pour les bénévoles, au nom de tous mes collègues élus, un grand merci car ils apportent toute leur énergie et leurs idées afin de faire partager leur passion du jeu et complètent parfaitement l’engagement de la Communauté de communes de Parthenay. Pour les festivaliers, je leur souhaite tout d’abord la Bienvenue et j’espère que Parthenay leur apporte un bon moment de détente en famille et entre amis ; qu’ils en profitent aussi pour découvrir nos monuments historiques, se régaler de notre gastronomie et se balader sur nos chemins. Un grand nombre d’entre eux sont des habitués, certains même venaient au FLIP quand ils étaient petits et maintenant ils y emmènent leurs enfants ! L’avis de tous les festivaliers nous intéresse : qu’ils n’hésitent pas à nous faire part de leurs observations, leurs idées.


Y : Êtes-vous joueur et si oui, à quel type de jeu jouez vous ?

X : Oui, mais souvent le temps me manque. Le jeu est avant tout pour moi, un moment de partage, de convivialité, de connaissance nouvelle avec des amis ou la famille. Enfant, j’ai beaucoup joué aux dames, avec Edma Rivière, décédée il y plusieurs années qui habitait à quelques dizaines mètres de la maison. Une grand-mère de coeur. J’ai gardé des souvenirs mémorables de ces parties acharnées où elle était imbattable, enfin presque !!! Des mercredis après-midis entiers où le temps ne comptait plus, seulement interrompus par les crêpes qu’elle seule savait faire. Ce jeu, je le pratique toujours avec mes enfants qui à leur tour me font découvrir leurs jeux comme dernièrement le poker et les jeux vidéo.


Merci pour vos réponses Monsieur ARGENTON

Yohann (COIN COIN n°2 2008)


 
4 questions à Amaury LESAGE-JARRY (Responsable de la ludothèque Planète Jeux de Thouars et jury du trophée FLIP créateur en 2007) :
PDF Imprimer Envoyer

Amaury Lesage-Jarry, ludothèque de Thouars, président du jury du Trophée Flip Créateur sur le Festival des Jeux de Parthenay en 2007Yohann : Amaury, depuis combien de temps gères tu la ludothèque de Thouars ?

Amaury : J’ai commencé en février 2006, seul comme un grand. Nous avons investi les locaux d’une ancienne école qui était fermée depuis 1 an. Le lieu ne se prêtait pas réellement à l’aménagement d’une structure comme une ludothèque. Les travaux ont duré de Mars 2006 jusqu’à septembre 2006, et l’ouverture de la ludothèque, qui s’appelle Planète Jeux, date du 8 novembre 2006 soit 9 mois après mon embauche. Il faut savoir que pour ouvrir une ludothèque, il faut compter environ entre deux et trois ans de préparation au préalable. C’est un véritable exploit de l’avoir fait en si peu de temps ! Il est important de noter qu’une ludothèque s’adresse à tout le monde, enfants, adolescents, adultes, c’est une structure polyvalente de par son support (le jeu) et sa richesse d’enseignements. A Parthenay, vous avez la chance d’avoir une ludothèque bien achalandée, plus de 6000 jeux et jouets, avec des personnes compétentes. La nôtre commence juste à dépasser les 1500 jeux. L’année dernière, la fréquentation de la ludothèque a dépassé les 4000 visites, ce qui était un peu inespéré pour une première année, signe qu’un besoin pour ce genre de structures existe. Pour 2008, une hausse a été constatée, pratiquement 40 %. J’espère que cela va durer.


Y : Cette année, tu es présent sur le FLIP seulement pour jouer ?

A : Malheureusement, je ne passerai qu’un ou deux jours tout au plus. La ludothèque étant ouverte jusqu’au 1 août, je ne pourrai venir aussi souvent que par le passé. Je viens pour jouer mais surtout venir à la rencontre des professionnels ou de passionnés du jeu dans l’espoir de profiter de leur expérience, voire de leur proposer un partenariat avec la ludothèque. Ensuite , je poserai mes longues jambes sous une table pour tester quelques nouveautés, jeux non connus ou non pratiqués.


Y : Jury l’an dernier, quel est ton ressenti ?

A : L’an dernier, j’ai été membre du jury des Trophées des Créateurs et l’expérience dans son ensemble reste très intéressante. Dommage que cette année, cette expérience ne soit pas renouvelée ; cela amène une crédibilité professionnelle non négligeable à ce genre de manifestations. Patrick Braud, l’instigateur de cette idée n’a pas été reconduit dans ses fonctions, et personnellement, je ne comprends pas cette situation. Le FLIP, la ville de Parthenay se privent d’une personne compétente et passionnée. Mais, il est vrai que le FLIP a tendance, ces dernières années à vivre sur ses acquis et manque un peu de renouvellement. D’autres festivals sont en train de devenir plus pertinents, et la ville de Parthenay ainsi que ses organisateurs devraient regarder ce qui se passent à leurs portes…(Saint Herblain...). Le FLIP reste tout de même une référence majeure dans le monde des festivals du jeu, et je suis très fier d’avoir participé, un peu, l’an dernier à ce grand festival. Pierre Canuel, le gagnant de l’année dernière avec le jeu Hoyuk est devenu, avec ce même jeu, finaliste chez un éditeur québécois très reconnu Filosofia, il a raté de peu l’édition professionnelle de son jeu. Preuve que le public et le jury avaient très bon goût…


Y : Tu es joueur, à quel type de jeu préfères-tu jouer ?

A : Joueur je suis et le resterai… et la seconde partie de la question est problématique, je pratique tous les styles de jeu sans préjugés. J’ai toutefois une préférence pour les jeux costauds ou exigeants (règles assez longues, mécanismes soignés, et originalité comprise). Si je devais définir mon profil, ce serait « gros joueur ouvert à tout ». Pour revenir à la question, j’adore les jeux de rôle (Vermine, Mousquetaire de l’ombre, Elric ou Stormbringer…), les jeux dits « à l’allemande » (ce sont des jeux où les mécanismes du jeu prévalent sur le thème, considéré souvent comme « froid ») comme Puerto Rico, Goa, l’Age de Pierre, les Piliers de la Terre, et bien d’autres, les jeux à l’américaine (l’inverse, thème fort, mécanismes moins travaillés) comme Nexus Ops, Heroscape, Horreur à Arkham, Age of Mythology ...Je terminerai en citant Pablo Neruda « L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant qui vivait en lui et qui lui manquera beaucoup. »


Merci Amaury pour tes réponses

Yohann (COIN COIN n°1 2008)


 
<< Début < Précédent 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 Suivant > Fin >>

Page 50 sur 50

Edito

Participer au Festival des Jeux, c’est vivre un des évènements français majeurs au cœur de notre région Poitou-Charentes.

Plus de 100 professionnels, animateurs et managers sont à vos côtés pour vous accompagner, vous et seulement vous, au cœur des 150 000 autres festivaliers que vous allez croiser sur les places, dans les rues, dans les différents bâtiments publics transformés pour l’évènement en autant d’espaces ludiques pendant 12 jours.

...Lire la suite

-François GILBERT
Vice-président de la Communauté de communes de Parthenay-Gâtine

Télécharger le programme


Fichier .PDF (8,5 Mo)

Les médias du Festival...

Copyright © 2017. Festival des Jeux. Communauté de Communes de Parthenay Gâtine

S5 Box